La servante écarlate de Margaret Atwood








  • Broché: 544 pages
  • Editeur : Robert Laffont (8 juin 2017)
  • Collection : PAVILLONS POCHE










♦ Résumé ♦


     Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d'esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, " servante écarlate " parmi d'autres, à qui l'on a ôté jusqu'à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l'austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler... En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. Paru pour la première fois en 1985, La Servante écarlate s'est vendu à des millions d'exemplaires à travers le monde. Devenu un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n'est pas sans évoquer le 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n'a jamais semblé aussi proche, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés. La série adaptée de ce chef-d'oeuvre de Margaret Atwood, diffusée sous le titre original The Handmaid's Tale, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique.





♦ Avis ♦


     La servante écarlate fait parti des romans qui me faisaient le plus envie en ce moment. J'aime découvrir, de la même façon que 1984, les différents mondes totalitaire créé par des extrêmes, religieux, dans le cas présent.

     Le résumé était intéressant mais malheureusement, ce roman n'a pas vraiment fonctionné avec moi car l'histoire manque cruellement de rythme. Je me suis énormément ennuyé. Il ne passe quasiment rien, c'est très plat et je pense que le bouquin aurait pu être raccourcit. Malgré tout, j'ai trouvé intéressant et surtout surprenant de découvrir comment les femmes sont utilisées, certaines uniquement pour pouvoir donner la vie. Pour les autres femmes, il y a différentes catégories. Complètement dingue. Adieu la liberté !

L'ordinaire, disait tante Lydia, c'est ce à quoi vous êtes habitués. Ceci peut ne pas vous paraître ordinaire maintenant, mais cela le deviendra après un temps. Cela deviendra ordinaire.

     Même la plume de l'autrice n'aura pas réussie à me convaincre totalement. Je n'ai pas trouvé le tout très accrocheur. C'est dommage car l'histoire est en soit intéressante mais les longueurs rendent le tout ennuyeux. Peut être devrais je tenter de relire ce roman une prochaine fois. Peut être suis-je complètement passé à côté...

     Pour faire bref, car je n'est finalement que peu de choses à dire dessus, La servante écarlate est tout de même un bon roman d'anticipation qui fait froid dans le dos. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mes voisins les Goolz : Sale nuit pour les terreurs de Gary Ghislain

Après nous T1 Au commencement de Myra Eljundir

Corniche Kennedy de Maylis de Kerangal