Appelle-moi par ton nom de André Aciman








  • Broché: 336 pages
  • Editeur : Grasset (7 février 2018)
  • Collection : En lettres d'ancre













♦ Résumé ♦


     Elio Perlman se souvient de l’été de ses 17 ans, à la fin des années quatre-vingt. Comme tous les ans, ses parents accueillent dans leur maison sur la côte italienne un jeune universitaire censé assister le père d’Elio, éminent professeur de littérature. Cette année l’invité sera Oliver, dont le charme et l’intelligence sautent aux yeux de tous. Au fil des jours qui passent au bord de la piscine, sur le court de tennis et à table où l’on se laisse aller à des joutes verbales enflammées, Elio se sent de plus en plus attiré par Oliver, tout en séduisant Marzia, la voisine. L’adolescent et le jeune professeur de philosophie s’apprivoisent et se fuient tour à tour, puis la confusion cède la place au désir et à la passion. Quand l’été se termine, Oliver repart aux États-Unis, et le père d’Elio lui fait savoir qu’il est loin de désapprouver cette relation singulière…
Quinze ans plus tard, Elio rend visite à Oliver en Nouvelle-Angleterre. Il est nerveux à l’idée de rencontrer la femme et les enfants de ce dernier, mais les deux hommes comprennent finalement que la mémoire transforme tout, même l’histoire d’un premier grand amour. Quelques années plus tard, ils se rendent ensemble à la maison en Italie où ils se sont aimés et évoquent la mémoire du père d’Elio, décédé depuis.



♦ Avis ♦

     Inutile de présenter ce roman car on l'a vu partout ! Et je dois dire que si je me suis, moi aussi jeté sur ce roman, c'est grâce à Jordan et son avis sur instagram. 

'Tu es mon foyer, Oliver. Quand je suis avec toi et que nous sommes bien ensemble, je ne désire rien de plus. Tu me fais aimer celui que je suis, celui que je deviens quand tu es avec moi. S’il existe une vérité dans le monde, elle est là quand je suis avec toi.'

     Pour commencer, j'ai adoré ma lecture. J'ai été immergé dès les premières pages dans l'univers d'Elio. J'ai été transporté en Italie. J'avais comme l'impression de ressentir la chaleur de l'été, les odeurs des fleurs et sentir les saveurs italiennes. Cette histoire se vit pleinement. Elle est aussi forte que touchante. 

     Elio se retrouve confronté à des sentiments nouveaux envers le nouveau locataire de passage dans la maison familiale. L'auteur, de sa plume subtile et percutante, dévoile au fil des pages, une romance qui s'installe entre nos deux protagonistes. Tous les sentiments passent. De l'amour à la tendresse en passant par dégoût. André Aciman exploite toutes les options mises à sa disposition pour que l'histoire en soit encore plus vraie. Elio est un personnage attachant, intelligent et un peu trop posé. Il lui manque un petit grain de folie. J'ai été touché par son histoire. Sa rencontre avec Oliver, ses envies, ses doutes, ses reproches... Elio est un personnage qui ne laisse pas indifférent. Dommage que dans cette rencontre, l'auteur ne nous parle pas plus du ressenti d'Oliver vis à vis de toute cette histoire, si courte mais intense fut elle. Car au début, Oliver apparaît comme un personnage froid et limite antipathique. Hors ce n'est pas le cas.

'Je n’avais encore jamais entendu quelqu’un lancer À plus ! pour dire au revoir. Ce mot, prononcé avec l’indifférence voilée de ceux qui se soucient peu de vous revoir ou d’avoir un jour de vos nouvelles, donnait une impression de désinvolture, de brusquerie et de dédain.'

     Ce roman, mené par un style efficace, délicat et parfois abrupte , fait de Appelle-moi par ton nom, un roman magnifique que l'on a envie de lire et relire afin de retourner dans la chaleur de l'été italien où la vie du jeune Elio va être chamboulée.

     J'ai trouvé le roman complet avec les sauts dans le passé nous permettant de découvrir ce que deviennent Elio et Oliver. Une chose est sûre, ils se souviendront longtemps de cet été là. 

     En bref, ce roman est une petite pépite qui se savoure. J'ai adoré l'histoire, la plume, l'intrigue ainsi que toute la palette de sentiments utilisés ici. Des sentiments très fort et parfois contradictoires... La question ne se pose même pas ! Vous devez lire ce roman !

'Les gens qui lisent cachent ce qu'ils sont....et les gens qui se cachent n'aiment pas toujours ce qu'ils sont .'


Bande annonce du film :












    





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mes voisins les Goolz : Sale nuit pour les terreurs de Gary Ghislain

Après nous T1 Au commencement de Myra Eljundir

Corniche Kennedy de Maylis de Kerangal