vendredi 24 mars 2017

Terminus Elicius de Karine Giebel






  • Broché: 336 pages
  • Editeur : Belfond (3 novembre 2016)
  • Langue : Français











 


      " Ma chère Jeanne,
J'aimerais que vous m'aimiez comme je vous aime.
Mais, pour m'aimer, il vous faut me connaître.
Savoir ce que je suis... Certains diront un monstre.
D'autres chercheront des explications lointaines, surgies de mon passé.
Beaucoup jugeront, condamneront.
Mais qui comprendra vraiment ? Vous, je l'espère.
Hier soir, j'étais avec une autre femme que vous.
Mais je ne suis pas resté longtemps avec elle.

Juste le temps de la tuer... "



 


      Avec Karine Giebel, nous sommes toujours certain de passer un bon moment de lecture. Terminus Elicius, même s'il n'est pas mon préféré aura su me concaincre malgré tout.

     Ici, nous allons suivre Jeanne, qui, lors de ses trajets en trains, entrera en contact via des lettres avec un certain Elicius. Au fur et à mesure, Jeanne apprendra à connaître se mystérieux Elicius et leur correspondance va vite devenirbien plus qu'elle ne l'aurait crut. Elicius qui connait tout de la vie de Jeanne, va devenir une obsession pour celle ci. Mais jusqu'où ira t'elle pour lui ?

     Encore une fois, Karine Giebel arrive à m'emporter dans son univers avec son style toujours percutant. Contrairement à ses autres romans, la tension est bien moins présente. Tout se joue surtout sur la psychologie de Jeanne. Une femme seule, délaissée qui n'a pas une belle image d'elle même.

      L'intrigue est intéressante et prenante même si j'ai eu un peu de mal avec les réactions de Jeanne à certains moments. Il manquait également selon moi d'un petit peu plus d'actions car le roman est un peu répétitif même si l'histoire avance bien.

     Pour conclure, ce roman reste un bon thriller mais bien loin de ce que j'ai pu déjà découvrir de l'auteure avec 'Juste une ombre' ou ' Meurtres pour rédemption'. Une histoire plutôt 'soft' pour une première approche avec l'auteure pour ceux et celles qui voudraient découvrir son style.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire